Chronique d’une hijabi sportive

Lorsque MonSieur m’a filé notre nouvelle adresse qui s’est avéré être notre Home Sweet Home, je l’ai de suite googlée et devinez quoi, la salle de sport la moins chère de Barcelone était juste à une minute à pied de la maison. Hourrayyyy ! A moi la taille de guêpe, la bouffe à gogo sans culpabilité et une taille 38 parfaite ! Tisane d’amincissement vous dîtes ? Euh, connais pas !

Au départ, j’avais beugé. Une salle de sport mixte, pas mon truc c’est sûr, moi la fille hyper réservée en vrai. Mais attendez les filles ! Les barrières, qui c’est qui les placent si ce n’est nous-même ? Comment est-ce que j’allais dépassé mes limites ? Et les hommes, on ne les voit que dans les salles de sport croyez-vous ? N’est-ce pas un prétexte de plus pour m’arrêter et me contenter de mon “confort” ? Pff…prise de conscience, recul, REreprise de conscience, tout va bien, ce ne sont pas des monstres. Heyy, riez pas, j’ai été éduquée comme ça moi. Bref.

Après la première visite de la maison, j’étais OK, sans plus. “On peut aller demander des renseignements au club ?”. De ce pas, on y va ensemble. Après avoir demandé l’accueil, un mec hyper long à l’image d’un tennisman appelé Djokovich, the long one, se ramène. Il nous explique avec son anglais cassé les règles du jeu et moi, la hijabi toute timide avec un espagnol qui laisse à désirer préfère tenter un anglais pas plus que parfait : euh..and, is this a problem here ? fis-je en pointant mon voile. Reconnaissez quand même que ma question est légitime. Dans mon ancien club réservé pourtant aux femmes, je n’avais pas le droit au voile. “Risque d’étouffement” paraît-il. No way que je l’enlève. Je me suis donc résignée à porter la capuche à chaque fois qu’un coach se pointait dans le bureau de la directrice. Par contre, si ma tête chauffe sous 40°C et que je risque de m’évanouir, y a pas de problème ! Le risque d’étouffement est bien moindre après tout.

Du coup, le potentiel tennisman m’a dit non. En sortant du club, je me sentais comme un papillon, le sourire jusqu’aux oreilles, une nouvelle vie s’ouvrait enfin à moi ! A moi la taille de guêpe, la bouffe à gogo sans culpabilité et une taille 38 parfaite ! Tisane d’amincissement vous dîtes ? Euh, connais pas !

C’était la chronique d’une hijabi sportive, merci.

chronique hijab sport hijabi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.